CES 2021 : ce qu’il ne fallait pas manquer

Que retenir du CES 2021 ? Matthieu Deboeuf Rouchon notre expert innovation et transformation digitale analyse les temps forts de cette édition numérique sur fond de crise sanitaire.

  •  

    1959

    Exposants en ligne 

  •  

    69 647

    Professionnels réunis 

  •  

    8000

    Nouveaux produits et services présentés 

Une édition 100% digitale

Crise sanitaire oblige, pour la première fois, le Consumer Electronic Show de Las Vegas s’est tenu virtuellement. Cette édition 2021 100% en ligne contraste très nettement avec une visite physique à Las Vegas !

Cette édition digitale démontre combien ce salon est difficilement transposable en ligne pour ressentir les émotions et offrir les mêmes rencontres.

Nous avons néanmoins pu assister à de nombreuses conférences et rencontrer virtuellement de nombreuses startups venues présenter leurs projets ou leurs dernières innovations.

En nombre bien moins important cette année, c’est un CES plus qualitatif auquel nous avons assisté avec une concentration de projets déjà matures : 8000 nouveaux produits ou services présentés contre 20 000 traditionnellement.

Cette édition a fait la part belle aux conférences et communiqués de presse vidéo avec un panorama assez intéressant sur le positionnement des acteurs du secteur, mais aussi sur leur stratégie pour 2021 et les années à venir.

Même virtuellement, le CES reste le CES, nous avons ainsi pu voir de nombreux produits de Consumer Goods : téléviseur dernière génération, drones, appareils photo, enceintes… étaient naturellement de la partie.

Résilience et accélération : une édition marquée par la crise sanitaire

La crise sanitaire a été le fil rouge de cette édition, vantant les mérites d’une technologie au service de la résilience à destination des entreprises, mais aussi du consommateur final.

L’ensemble des verticales technologiques comme l’intelligence artificielle, la 5G, le Cloud par exemple, mais aussi les grandes horizontales d’usage comme la Smart City, la Smart health ou la Smart mobility ont trouvé, dans le contexte sanitaire actuel un point d’ancrage tout naturel en termes de contenu.

Dans ce contexte de crise sanitaire, deux phénomènes ont marqué le CES 2021 : d’une part la résilience, thématique majeure des précédentes éditions, a trouvé une résonance toute particulière dans le contexte actuel. D’autre part un phénomène d’accélération, particulièrement pour la transformation digitale des entreprises qui ont dû réaliser en quelques mois, ce qu’elles auraient réalisé en quelques années. Matthieu Deboeuf Rouchon Expert innovation et transformation digitale - Capgemini Engineering part of Capgemini

Quels mouvements technologiques pour 2021 ?

·       La santé connectée au cœur du CES 2021 comme point de convergence du hardware et du software reposant sur une capacité de l’intelligence artificielle à traiter les données de façon embarquée, mais également, mettant en évidence, une autonomisation de la connexion des devices médicaux pour s’affranchir du smartphone.

 

·       L’intelligence artificielle n’est plus une solution miracle. Les progrès en machine learning, mais également en capacité de calcul permettent de s’échapper de l’image d’une intelligence artificielle unique aux promesses fantasmagoriques. L’IA ou plutôt les IA s’inscrivent dans une logique “ as a service”.

 

·       La technologie au service de l’urgence climatique qui se renforce dans les projets présentés, mais également dans les conférences avec des thématiques de fond comme les challenges de durabilité, d’économie circulaire, d’urgence climatique, de pilotage de l’empreinte carbone…

 

·       Le boom des différentes technologies de réalités étendues (réalité mixte, augmentée, virtuelle) avec des applications pour passer à l’échelle, notamment dans le milieu professionnel avec des cas d’usages saisissant dans la formation notamment. 

 

·       La 5G qui semble être devenue un prérequis où tout du moins une technologie parfaitement intégrée. Après les tensions géopolitiques de l’année dernière entre plusieurs blocs de puissances économiques, le débat semble aujourd’hui plus apaisé.

 

·       Une mobilité toujours plus intelligente, à la limite d’une autonomie certaine, qui semble passer à l’échelle offrant des services et cas d’usages pour le collectif et l’individuel dans une vision multimodale. Le concept de Smart City était par ailleurs souvent abordé sous le prisme de la mobilité.

Zoom sur 5 projets marquants

  • Drone antenne 5G autonome et boosté à l'hydrogène

    Fruit d’un partenariat entre Stratospheric Plateforms et Cambridge Consultants (Groupe Capgemini), ce projet propose d’assurer la couverture 5G de l’ensemble du Royaume-Uni avec 60 drones autonomes. Sur ce partenariat, Stratospheric Plateforms a conçu le drone et Cambridge Consultants l’antenne 5G qui est embarqué dessus. Une des plus grandes antennes commerciales du monde, ultra légère pour offrir une longévité des vols exceptionnelle. L’objectif est de faire voler ces drones à une altitude d’environ 20000m et de couvrir une zone plus ou moins précise en fonction des besoins dans la mesure où l’antenne qui a été conçue permet d’orienter le spectre sur une zone idéntifiée ou non. Chaque drone, d’une autonomie de 9 jours, pourrait couvrir une superficie de 140 kilomètres carrés environ (l’équivalent de 200 mats d’antennes) !

    Ce projet, qui vient concurrencer entre autres celui de Google “Loon”, soulève de nombreuses questions quant à la gestion de l’espace aérien notamment.

    Découvrez en vidéo
  • Mobileye (Intel group), un lidar déterminant pour la voiture autonome

    Le CES a été l’occasion pour Mobileye de présenter leur dernière innovation, un lidar photonique, permettant de voir jusqu’à 200m tout en mesurant la vélocité en temps réel. La firme israélienne s’appuie sur la technologie développée par Intel, sa maison mère, autour d’une technologie nommée FMCW (frequency modulated continuous wave). Au-delà de la prouesse technologique, l’objectif de Mobileye est de diminuer drastiquement le coût d’acquisition de ce type de composants pour maximiser leur intégration dans le parc automobile. Les solutions de Mobileye sont aujourd’hui intégrées par les plus grands constructeurs, et ce depuis plusieurs années. On estime à environ 8 millions le nombre de kilomètres qui sont analysés chaque jour par les outils de la firme. Un travail sur le prix sur des composants réputés onéreux et avec l’objectif d’un déploiement en masse pour 2025.

    Découvrez en vidéo
  • E2IP : un dispositif autour des surfaces électromagnétiques

    Récompensé par un CES awards, E2IP a présenté son produit mis au point en collaboration avec le Centre de Recherche en communication du Canada. Des feuilles en plastique semi-transparentes en mesure de refléter, rediriger ou inhiber des ondes de radiofréquences spécifiques. Ces plaques flexibles comme des feuilles peuvent-être ainsi être déployées sur tout type de surfaces, à l’intérieur comme à l’extérieur. À l’heure de la Smart City et d’une connexion omniprésente dans notre environnement, ce type de produits sera assurément intégré dans les bâtiments intelligents de demain en fonction des contraintes de sécurité ou de la nécessité de rendre la couverture plus efficiente.

  • SenseGlove et ses gants à rétroaction haptique

    SenseGlove a présenté ses gants à rétroaction haptique offrant des sensations jusqu’alors inaccessibles en réalité augmentée. Grâce à cette technologie, il est possible pour l’utilisateur de ressentir les objets touchés avec un réalisme saisissant. Avec un système qui émet une force de 20 newtons de résistance en 10ms, l’impression de toucher l’objet virtuel est réelle ! SenseGlove est un habitué du CES, nous les croisons chaque année et ce cas d’usage est un aboutissement particulièrement saisissant intégrant 3 types de touchers, les retours de force, la rétroaction vibrotactile et le suivi de mouvement. SenseGlove se positionne avant tout dans un axe de formation à destination des industriels.

    Découvrez en vidéo
  • Les drones au service de la continuité opérationnelle

    Les drones ont particulièrement été présents sur cette édition du CES autour d’un axe sécuritaire (surveillance des bureaux ou des lieux d’habitation lorsqu’ils ne sont pas occupés) ou sanitaire (désinfection des espaces de travail durant les temps morts ou la nuit). Il est intéressant de noter que c’est l’autonomie des drones qui est mise en avant ainsi que leur intégration dans l’environnement (des bornes de recharge au plafond parfaitement “fondu” dans l’environnement par ex).

    La société Tando a présenté un drone à destination du facility management autour de la surveillance et plusieurs sociétés comme l’italien Insenso, ou encore Guangdong UNIPIN Medical Technologies ont mis en avant des produits autour de la désinfection par rayons ultraviolets ou pulvérisation. Il est intéressant de noter qu’à chaque fois, le dispositif s’inscrit dans un cas d’usage sans irritant, tout du moins avec une attention certaine de limiter les contraintes dans l’expérience utilisateur. Bien entendu, la société Ring a également présenté des produits similaires à destination des particuliers, dont le “Ring’s Security Cam”.

    Les drones trouvent peut-être, ici, un usage plus concret que ce à quoi ils étaient prédestinés par les médias au cours des années précédentes où seul l’aspect entertainment était mis en avant.

    Découvrez en vidéo