Mobilité urbaine, quelles solutions technologiques pour remédier à la saturation des villes ?

Comment innover pour repenser notre mobilité individuelle ? Les nouvelles solutions de mobilités, comme le vélo électrique ou la trottinette, se partagent l’espace urbain avec les deux roues, les bus, les tramways et les automobiles.
Dans cette compétition, les voitures seront très certainement les plus grandes perdantes.

  •  

    70%

    De la population sera urbaine d’ici 2050 

  •  

    86 %

    Des foyers français possèdent une, voire plusieurs voitures, soit une hausse de près de 10 % en 20 ans *cabinet d'études Kantar 

  •  

    50%

    Des places de parking pour automobiles seront supprimées dans Paris d’ici 2026
    *L’Obs 

Comment expliquer la saturation des villes ?

Il suffit de passer une journée dans une grande ville pour constater qu’elle est saturée. Alors que l’on comptait un véhicule par foyer il y a quelques années, il n’est pas rare aujourd’hui que chaque personne de ce foyer ait le sien.

Cette explosion couplée à l’augmentation du nombre de personnes vivant en milieu urbain soulève très rapidement la problématique écologique que nous connaissons aujourd’hui.

Pour y faire face, les villes se sont tournées vers de nouveaux modes de mobilité. Transports en commun (bus, tramway) et solutions individuelles propres (vélo, trottinette électrique).

Si ces nouvelles solutions de mobilité constituent une première réponse à la saturation des villes engendrée par l’augmentation du nombre de véhicules particuliers, elles en sont aussi la cause.

En effet, n’ayant qu’en partie remplacées l’automobile classique, elles continuent de cohabiter dans le même espace qui, loin de s’agrandir, ne laisse que peu de place aux automobilistes.

Quel avenir pour le véhicule particulier ?

Pour répondre à cette saturation, de nombreuse villes ont adopté de nouvelles réglementations dont l’objectif est d’améliorer la qualité de vie des citadins (en limitant les embouteillages, en libérant des espaces verts…) mais aussi de diminuer l’impact environnemental (en limitant les émissions de gaz polluants).

Ces réglementations ont rapidement mis en avant la volonté de sortir les véhicules particuliers des centres-villes au profit des modes de transports propres.

La ville de Paris ces dernières années en est une illustration. Multiplication des voies de bus, suppression des quais de Seine, suppression des places de parking, agrandissement des espaces dédiés aux solutions de mobilités électriques, mise en place de moyens de transports propres en partage et en libre accès…

Si ces nouvelles solutions de mobilité répondent aux besoins d’un certain nombre d’usagers, ce n’est pour autant pas une généralité.

Que ce soit par obligation, par praticité ou par confort, comment répondre aux usagers qui souhaitent continuer d’utiliser un véhicule particulier en ville ?

Le véhicule compact, une solution à la saturation ?

Un des enjeux du véhicule particulier en milieu urbain, est sa taille. Réduire son empreinte au sol est capital.

En location ou à l’achat, la majorité des véhicules ont encore une empreinte au sol très importante. Les seuls véhicules à plus faible empreinte sont des véhicules de segment M1 (fiat 500, smart…) ou sans permis. Cependant ces solutions ont un coût très élevé pour le service rendu en raison de leur faible volume de fabrication. Cette réalité fait que ces véhicules sont peu accessibles et donc de niche.

Par conséquent, le nombre insuffisant d’utilisateurs font de ces solutions des modèles peu viables avec un faible impact sur la saturation urbaine.

La solution réside donc dans le véhicule compact électrique accessible à tous.

Sur ce schéma le Groupe PSA a développé la solution de mobilité « Citroën Ami – 100% electric ». Un quadricycle léger, 100% électrique, ultra compact et au design astucieux. Lancé en mai 2020 sur la base d’un business model disruptif, ce quadricycle se conduit à partir de 14 ans, sans permis et est disponible dans les points de vente FNAC et DARTY à un prix accessible à tous.

Nos équipes ont d’ailleurs accompagné le Groupe PSA dans son développement.

Ce type de véhicule particulier est une réelle solution de mobilité urbaine pour demain : compact, optimisé dans son design sur sa taille, ses ouvrants, ses espaces de rangements, sur le poids de ses composants et ses matériaux et accessible à tous.

Le car-sharing, une démarche prometteuse

Si le véhicule compact semble être une réponse toute trouvée, le car-sharing n’est pas en reste.

Ouvrant sur de nombreuses opportunités, il offre l’avantage de réduire le flux de circulation ainsi que l’impact écologique d’un trajet quotidien.

Bien entendu des solutions de car-sharing existent déjà. Véhicules électriques en partage et en libre-service sur abonnement, solution de co-voiturage ou de prêt de véhicules particuliers.

Cependant, ces solutions posent deux problématiques :

  • Lorsqu’elles sont réalisées avec un véhicule particulier (co-voiturage, prêt), la taille du véhicule et donc l’empreinte au sol reste inchangée.
  • Lorsqu’il s’agit de véhicules propres en libre accès, le business model n’est pas pérenne. La maintenance de ces véhicules est bien trop coûteuse, ce qui n’intéresse pas les investisseurs ni les constructeurs.

Si les véhicules électriques compacts de car-sharing auront une grande importance dans l’éco-mobilité urbaine du futur, il n’existe pas à ce jour de véhicule pensé exclusivement pour cet usage.

Cette solution apparaît comme la meilleure solution individuelle d’éco-mobilité urbaine pour l’avenir.

Une réelle opportunité qui, nous en sommes convaincus, portera ses fruits dans les prochaines années.

Notre projet de R&I I-ris tend à répondre à cette problématique en imaginant une solution de mobilité urbaine de transport de personnes et d’objets en totale autonomie.

I-ris

Une voiture intelligente avec système d'assistance à la conduite

« Autonome, connectée, sécurisée, je transporte colis et passagers en ville, en toute sécurité, optimisant les trajets et les services »